La planète s’invite au communautaire

La planète s’invite au communautaire

La planète s’invite au communautaire

PLUS DE 350 organismes communautaires répondent à l’appel du mouvement mondial de grève pour la planète

Montréal, 17 avril 2019 – Dans le cadre de la Semaine de la Terre et du mouvement mondial pour la planète, plus de 350 organismes communautaires unissent leur voix pour souligner l’importance de la lutte écologiste. 

Cette lutte concerne tous les secteurs et tous les organismes de l’action communautaire autonome, puisque les premières personnes qui seront touchées par les conséquences des dérèglements climatiques sont les personnes qu’on soutient au quotidien. La lutte pour le climat doit absolument se faire dans une perspective de justice sociale et les mesures de transition qui seront entreprises ne doivent pas seulement profiter aux riches, mais doivent viser le respect des droits humains et l’amélioration des conditions de vie de tous et toutes. 

D’ailleurs, le nombre impressionnant de cosignataires rend compte de l’urgence d’agir :

« Et ce n’est que le début puisque nous avons recueilli ces signatures en seulement cinq jours, souligne Caroline Toupin du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA). Si les organismes communautaires se sentent interpellé, c’est parce que la crise climatique et celle de la biodiversité vont toucher prioritairement les populations vivant des injustices, c’est-à-dire celles avec qui ils travaillent au quotidien »

Caroline Toupin du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA)

Le droit à la santé, à l’alimentation, au logement, à un revenu décent, à un environnement sain sont menacés plus que jamais. Dans un contexte de crise écologique sans précédent, les enjeux de pauvreté, d’écologie et de démocratie sont inévitablement liés et les luttes visant l’amélioration des conditions de vie, l’avancement et le respect des droits humains devront tenir compte de la lutte écologiste.

« Il est aujourd’hui crucial, comme société, de reconnaître que les bouleversements climatiques sont enclenchés et qu’il y a urgence d’agir. Les gouvernements doivent mettre en œuvre des mesures drastiques afin d’amorcer dès maintenant les virages nécessaires, mais ce avec solidarité ».

Maude Prud’homme du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)

« Nous rejetons l’idée d’une transition écologique néolibérale qui profiterait aux riches, au détriment des plus pauvres. Nous pensons que toute transition devra absolument se faire dans une perspective de justice sociale et dans le respect de droits humains »

Jessica Lambert-Massicotte du Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière (MÉPAL).

Ainsi, les mesures de transition devront participer à l’amélioration des conditions de vie des personnes et des communautés actuellement défavorisées.

Bien sûr, ces mesures impliquent nécessairement des changements de valeurs, de normes sociales et de mode de vie importants qui passent notamment par des campagnes d’éducation et de sensibilisation. Nous pensons que le communautaire a un rôle central à jouer, particulièrement en regard de l’éducation populaire auprès des personnes laissées pour compte afin que celles-ci puissent être au cœur des processus démocratiques et des débats de société entourant ces enjeux.

C’est donc dans une perspective de justice sociale que les organismes communautaires sont invités à se mobiliser pour les grandes manifestations du 27 avril ainsi que pour le mouvement mondial de « La planète en grève » le 27 septembre.

Grandes manifestations du 27 avril / Cliquez sur « j’y vais! »

– Montréal : https://bit.ly/2IfoGDi

– Mont-Laurier : https://bit.ly/2KAit73

– Sherbrooke : http://bit.ly/2UDGTkt

– Rouyn-Noranda : https://bit.ly/2v2xXGc

– Val David : https://bit.ly/2IfQWWk

De plus, des organismes communautaires de plusieurs régions organiseront des activités d’éducation populaire visant à sensibiliser la population aux inégalités sociales en lien avec les enjeux climatiques (Rouyn-Noranda le 23 avril, Sherbrooke le 24 avril et à Repentigny le 25 avril). D’autres dates suivront.

-30 –

 

Pour information :

Caroline Toupin, Coordonnatrice, RQ-ACA, 514-260-3786

Maude Prud’homme, Déléguée à la transition, RQGE, 581-886-3523

Gabriel Dumas, Co-coordonnateur, MÉPACQ, 514-843-3236

 

Télécharger la liste des signataires 

La Planète s’invite dans le communautaire est une initiative du MÉPACQ, du RQGE et du RQ-ACA, en collaboration avec la Planète s’invite au Parlement.

Le RQGE regroupe près de 90 groupes répartis dans l’ensemble des régions du Québec et constitue le seul représentant du secteur environnement au sein de l’action communautaire au Québec.

Le RQ-ACA est l’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome (ACA), représente 57 regroupements et organismes nationaux, et rejoint au-delà de 4 000 organismes d’ACA luttant partout au Québec pour une plus grande justice sociale.

Le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (le MÉPACQ) est un regroupement provincial de 11 Tables régionales multisectorielles composées d’environ 300 groupes d’éducation populaire autonome. Par le moyen de l’éducation populaire, nous travaillons ensemble à la transformation sociale de manière à faire émerger la solidarité et la justice sociale dans notre société. 

 

 

Tous droits réservés © 2019 | Table nationale des Corporations de développement communautaire | Agence web artimagedesign.com
HAUT DE PAGE