"Construire ensemble" - Le communiqué de la TNCDC sur l'austérité

Paru le 12 janvier 2015
CDC Hautes-Laurentides - Austérité 24 oct 2014Drummondville, le 07 janvier 2015 - En tant qu’acteurs privilégiés du secteur communautaire et du développement local, la Table nationale des Corporations de développement communautaire (TNCDC) et ses 58 CDC membres souhaitent exprimer leur profonde inquiétude face aux bouleversements actuellement vécus dans les régions et les localités.

« Nous sommes très inquiets des mesures d’austérité envisagées par le gouvernement actuel. Si celles-ci sont maintenues, les coupures, les programmes amputés, les compressions et les tarifications prévues dans les services publics et les programmes sociaux auront un impact majeur sur le développement communautaire et local des milieux, tant urbains que ruraux. Les populations soutenues par les groupes communautaires seront durement touchées », explique Marie-Line Audet, présidente de la TNCDC.


Des enjeux importants

Depuis quelques semaines, le gouvernement annonce une multitude de changements au modèle de développement économique et social du Québec. Les transformations annoncées touchent l’ensemble des milieux, tels que la santé, l’éducation, le développement économique, l’administration municipale, l’action communautaire, le développement régional, etc.

Ces bouleversements, qui n’ont fait l’objet d’aucune réflexion concertée sur leurs conséquences, risquent de provoquer des contrecoups importants en matière de développement social. Ainsi nous craignons :

- Que les changements annoncés dans la gouvernance des structures gouvernementales, tant régionales que locales, entraînent la perte de la participation citoyenne dans les lieux décisionnels des institutions au service de la population.

- Que la centralisation des responsabilités et des budgets liés au développement des milieux mette de côté le développement social et la lutte à la pauvreté dans cette nouvelle gouvernance. Nous appréhendons la possibilité d’un développement sans considération des priorités établies par le milieu et sans balises quant à la participation de la société civile et des acteurs communautaires.

- Que l’abolition d’instances dont la mission est centrée sur le développement territorial, tant local que régional, urbain que rural, entraîne la perte du potentiel de développement et d'effet de levier de projets structurants et concertés, en lien avec les besoins de la population.

- Que la perte des fonds provenant des instances de concertation et de développement dont l’existence même est remise en question entraîne l’abandon de projets et d’actions que ces fonds financent et, du même coup, fragilise les organismes communautaires.

- Que les groupes communautaires, déjà sous-financés, subissent une hausse de demandes de services sans l’obtention de ressources financières pour y faire face.


Des orientations nécessaires

Les CDC et leurs organismes communautaires membres représentent une force sociale, économique et politique dotée du pouvoir d’influencer positivement le développement des collectivités. En développant partenariats, concertations et projets, ils favorisent le sentiment d'appartenance, stimulent une meilleure cohésion au sein des communautés et facilitent l'inclusion socioéconomique.

De plus, nous croyons que la capacité d’une population à se prendre en charge, à rechercher des solutions et à développer d’autres voies passe inévitablement par la structuration des milieux en regard de l’évaluation des besoins et des solidarités.

Devant la réorganisation imminente des territoires locaux, il nous apparaît nécessaire :

- De développer une vision stratégique, collective et partagée du développement des territoires.

- De préserver et de maintenir la concertation entre les différents acteurs multisectoriels, en leadership partagé, pour établir ensemble les priorités et les besoins du milieu.

- De préserver spécifiquement le développement social et la lutte à la pauvreté dans l’ensemble du développement local et d’y dédier un financement permettant d’en supporter les actions.

- De consolider les organismes et le développement communautaire afin de répondre aux besoins grandissants de la population.

- De maintenir et de stimuler la participation citoyenne dans les lieux décisionnels afin que les citoyens puissent prendre part aux décisions qui les concernent.


Les moyens de faire autrement


La TNCDC et les CDC, en lien avec les valeurs de justice sociale qui les animent, affirment que l’austérité n’est pas une solution. Il apparaît évident que les mesures d’austérité envisagées ne feront qu’accentuer les inégalités sociales plutôt que de favoriser une répartition équitable de la richesse.

Les groupes sociaux ont identifié 10 milliards de revenus qui, annuellement, permettraient de renflouer les coffres de l’État sans détruire le modèle québécois, basé sur la solidarité et la justice sociale. La TNCDC et les CDC réitèrent qu’il existe d’autres solutions pour financer adéquatement les services publics, les programmes sociaux et les organismes communautaires et ainsi cheminer vers une société plus juste.


-30-

Dernière modification à cet article le 12 janvier 2015 16:42:37

fioriture

Masquer les articles lus

Tous les articles et communiqués

0

Parus récemment

Parus il y a plus d'un mois

Parus il y a plus de 6 mois

Parus il y a plus d'un an

Parus il y a deux ans et plus

11 janvier 2015
Fructueuse collaboration
27 novembre 2014
Projet de loi 10
19 juin 2014
Guide de ressource
21 février 2014
Pour notre juste part
1 mai 2013
Assurance emploi
27 février 2013
Solidairement contre!