Assurance emploi

Paru le 1 mai 2013
Conf. presse Saccage assurance-emploiLe 1er mai 2013, l’Inter-CDC de la Mauricie, composé des 6 Corporations de développement communautaire (CDC) de la Mauricie, a dénoncé en conférence de presse les impacts que les modifications à l’assurance-emploi auront sur les organismes communautaires de la région. Plusieurs organismes communautaires doivent, chaque année, mettre en période de chômage des employés, ou carrément fermer leurs portes pour quelques semaines. Après cette période d’arrêt, une très grande majorité des employés reviennent à leur emploi avec enthousiasme.

Sur la photo:

À l'avant: Amélie Dubuc (CDC Trois-Rivières), Jean Brouillette (CDC des Chenaux), Dominique Bouchard (CDC Mékinac), Pierre Blanchet (MAC des Chenaux), Marie-Josée Magny (CANOS).
À l'arrière: Réjean Veillette (CDC Centre-de-la-Mauricie), Stephan Béland (MAC Trois-Rivières).


Différentes raisons expliquent que les organismes doivent fermer leurs portes durant l’année ou mettre des employés en chômage. La principale est le manque de financement récurrent à la mission. Les organismes n’ont pas assez de financement pour conserver leurs postes à temps plein toute l’année. En Mauricie, près d’une quarantaine d’organismes communautaires doivent complètement fermer leurs portes pour une période qui se situe entre 3 et 8 semaines.


Conf. presse Saccage assurance-emploi 2Sur la photo: Dominique Bouchard (CDC Mékinac), Amélie Dubuc (CDC Trois-Rivières), Réjean Veillette (CDC Centre-de-la-Mauricie), Jean Brouillette (CDC des Chenaux).  

Avec les modifications à l’assurance-emploi, plusieurs personnes devront se trouver un autre emploi ailleurs, sachant pertinemment que leur emploi d’origine sera de nouveau disponible quelques semaines plus tard. Cela occasionnera un taux de roulement important chez les organismes communautaires et les autres employeurs et fragilisera ainsi le taux de rétention.

Cette option ne sera pas intéressante pour plusieurs, car ce processus sera à refaire chaque année. Cette situation risque d’entraîner pour le milieu communautaire mauricien une grande perte d’expertise. De plus, il risque d’y avoir un bris dans la continuité de la prestation de services et dans la relation de confiance que les gens établissent avec les intervenants d’un organisme communautaire.

En Mauricie, ces changements toucheront annuellement près de 45 organismes communautaires pour environ 140 employés. La durée moyenne de leur période de chômage est de 9 semaines. Ces travailleuses et travailleurs se classeront alors, pour la majorité, dans la catégorie de chômeur «prestataires occasionnels». Ces personnes seront donc dans l’obligation de se chercher un emploi semblable à ce qu’ils faisaient déjà, pour 80% de leur salaire. Considérant que les salaires dans le milieu communautaire ne sont pas toujours à la hauteur des exigences requises pour les postes occupés; cela se traduira, pour plusieurs, par une rémunération qui dépassera à peine le salaire minimum. Comme plusieurs travailleuses et travailleurs du milieu communautaire ont des techniques ou des baccalauréats, cela semble irrationnel.

Elles et ils choisissent de travailler dans le milieu communautaire pour les valeurs d’entraide, de justice, de démocratie et de solidarité, mais certains se retrouveront en situation de pauvreté et de vulnérabilité à cause de ces changements apportés par le gouvernement fédéral actuel.

Pour l’occasion, l’Inter-CDC de la Mauricie avait invité les deux Mouvements Action-Chômage de la région, ainsi que le Comité d’action des non syndiqués à se joindre à elle.

Pierre Blanchet du Mouvement action chômage (MAC) des Chenaux s’insurge : «Avec cette réforme ignoble, plusieurs employés de groupes communautaires quitteront leur emplois au cours des prochaines années, si la loi ne change pas, parce qu’ils seront «écœurés» des pressions exagérées de l’assurance-emploi. On le voit clairement en ce moment pour d’autres types d’emplois».

Marie-Josée Magny, directrice générale du Comité d’action des non-syndiqués (CANOS), s’inquiète quant à elle, des conditions de travail qui risquent de se détériorer pour de nombreuses personnes. «Au Québec comme ailleurs, nous avons gagné un minimum de protection au travail et des protections restent à acquérir. La liberté du travail est reconnue comme un droit pour chacune et chacun. Cette réforme est un déni complet de ce droit qui forcera des personnes qualifiées et expérimentées à accepter des emplois en deçà de leur compétence et de leur formation. Elle donne énormément de pouvoir aux employeurs de réduire les conditions de travail et ce, dès l’embauche. Des salaires plus bas, des pertes d’avantages sociaux. Un tel nivellement par le bas est inquiétant pour l’ensemble de la population! Une grande majorité d’organismes travaillent avec des clientèles fragilisées et l’établissement du lien de confiance avec le client est long. Dans un tel contexte, l’expertise et le lien de confiance des employés de longue date avec la clientèle sont des plus importants pour assurer un service qui répond aux besoins de ces clientèles. Ils seront perdus et se récupéreront difficilement. »

Stéphan Béland, président du Mouvement Action chômage de Trois-Rivières, appelle les citoyens à continuer à se joindre à la mobilisation pour contrer le « saccage » de l’assurance-chômage. « Ce n’est pas d’hier que les gouvernements fédéraux saccagent le régime d’assurance-chômage. Le gouvernement Harper va encore plus loin dans la destruction des droits des travailleuses et travailleurs. Tellement loin que même certains employeurs, voyant eux aussi tous les impacts économiques d’une telle réforme, embarquent dans le mouvement de dénonciation des décisions régressives de l’actuel gouvernement. Bientôt, ce dernier réalisera que c’est lui qui est piégé et qu’il n’aura pas le choix de reculer ». Il invite finalement les citoyens à ne pas hésiter à contacter leur groupe de défense des chômeurs.
Dernière modification à cet article le 1 mai 2013 13:23:47

fioriture

Masquer les articles lus

Tous les articles et communiqués

0

Parus récemment

Parus il y a plus d'un mois

Parus il y a plus de 6 mois

Parus il y a plus d'un an

Parus il y a deux ans et plus

11 janvier 2015
Fructueuse collaboration
27 novembre 2014
Projet de loi 10
19 juin 2014
Guide de ressource
21 février 2014
Pour notre juste part
1 mai 2013
Assurance emploi
27 février 2013
Solidairement contre!