Les oppositions dénoncent l’attitude du gouvernement caquiste envers les organismes communautaires

La pandémie de la COVID-19 a grandement affecté les organismes communautaires qui ont vu les besoins exploser face à la détresse des plus vulnérables. Depuis un an, le gouvernement compte sur les organismes communautaires pour affronter la crise sanitaire, et malgré l’importance de leur implication pour réduire les inégalités sociales et soutenir les plus vulnérables, le soutien financier gouvernemental n’a malheureusement pas suivi l’augmentation des besoins. Étant donné que les effets de la pandémie perdureront sur plusieurs années, il est urgent d’écouter leurs besoins et d’assurer un meilleur financement.

À la suite de l’étude des crédits budgétaires, la porte-parole du Parti libéral du Québec en matière de solidarité sociale, Mme Paule Robitaille, le porte-parole de Québec solidaire en matière de solidarité sociale, M. Alexandre Leduc, ainsi que le porte-parole du Parti Québécois en matière de solidarité sociale, M. Martin Ouellet, ont uni leurs voix pour dénoncer le manque de considération et de soutien du gouvernement caquiste envers les organismes communautaires. « L’effritement du tissu social, les problèmes de santé mentale, des pertes d’emploi : la pandémie a augmenté la vulnérabilité de bon nombre de nos concitoyennes et concitoyens qui se tournent vers le milieu communautaire, leur dernier rempart social. Malheureusement, la CAQ ne semble pas réaliser l’ampleur des besoins sur le terrain. Le budget 2021-2022 est très décevant pour le milieu, sans aucune augmentation significative des budgets. Nous lançons un cri du coeur aujourd’hui : il est encore temps de corriger la situation. » – Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de solidarité sociale.

« Dans la dernière année, plus que jamais, les Québécois ont pris conscience de l’importance des organismes communautaires dans l’accompagnement des personnes les plus vulnérables de notre société. Comment se fait-il que la CAQ n’ait pas prévu un sou de plus dans son budget pour soutenir leur mission essentielle alors qu’elle avait pourtant promis un plan d’action ce printemps ? C’est un drôle de message que le gouvernement envoie au réseau communautaire. Le ministre Boulet doit honorer sa promesse et déposer d’ici la fin de la session son plan d’action pour soutenir adéquatement nos organismes communautaires. » – Alexandre Leduc, député d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole du 2e groupe d’opposition en matière de solidarité sociale.

« Ce budget était l’occasion d’offrir aux organismes communautaires une juste reconnaissance, à la hauteur des services essentiels qu’ils rendent à la société québécoise. Malheureusement, la CAQ manque à l’appel et ne finance qu’une petite partie de ce qui est demandé par les groupes, alors que les besoins des plus vulnérables sont plus grands que jamais en cette période de pandémie. Nous demandons au gouvernement de corriger le tir et de rehausser à 460 M$ le financement à la mission de l’action communautaire autonome, et ce, de manière récurrente. C’est une question de justice et de solidarité envers nos sentinelles du milieu communautaire. » – Martin Ouellet, député de René-Lévesque et porte-parole du 3e groupe d’opposition en matière de solidarité sociale.

 

SOURCE: Assemblée nationale du Québec

Tous droits réservés © 2019 | Table nationale des Corporations de développement communautaire | Agence web artimagedesign.com
HAUT DE PAGE